Blogue

Bienvenue au Congrès 2019 à UBC!

Partagez ceci:
Jeudi 7 février 2019

Blogueuse invitée : Laura Moss, responsable universitaire du Congrès 2019

Je me souviens parfaitement de mon premier Congrès. C’était en 1994, à la University of Calgary. J’étais alors jeune étudiante au doctorat et terrifiée à l’idée de livrer mon premier exposé, consacré au réalisme magique dans Le dernier soupir du Maure. J’en avais des papillons dans l’estomac. En fermant les yeux, je peux revoir la salle où j’ai livré cet exposé, mais me souviens surtout des sourires d’encouragement de mes collègues étudiants et des professeurs. C’est la première fois où j’ai vraiment senti que je pourrais appartenir au milieu universitaire.

J’ai assisté à 16 autres Congrès depuis 25 ans. Les souvenirs que j’en garde sont en partie d’ordre savant, en partie d’ordre humain. Certains sont merveilleux, d’autres pas. Chacun de ces Congrès avait sa couleur propre, reflet de l’époque et du lieu. Lors de celui de l’an dernier, à Regina, j’ai adoré le sentiment d’appartenance que j’ai ressenti dès ma descente d’avion. Je me souviens de conférences absolument formidables à Concordia, à la Brock University et à l’UQAM. J’ai beaucoup aimé les riches pelouses de la University of Victoria, le homard dégusté à la University of New Brunswick, et la « rue sociale » de l’Université Ryerson. Et j’ai appris, au fil des ans, à maîtriser mes papillons dans l’estomac avant un exposé. Depuis le début de ma carrière, le Congrès a toujours été l’événement annuel le plus important de mon calendrier universitaire.

Quand on m’a proposé le poste de responsable universitaire du Congrès 2019, je me suis dit que ce serait une belle occasion de redonner au milieu universitaire un peu de ce qu’il m’a apporté. Je n’avais toutefois pas mesuré l’ampleur de la tâche qui m’attendait. Le Congrès est un peu comme un casse-tête géant. Pour qu’il se passe bien, toutes ses pièces, dont je n’étais pas consciente jusqu’alors, doivent s’emboîter parfaitement. Les tâches du ou de la responsable universitaire sont multiples : établir la programmation de l’établissement d’accueil, piloter la programmation culturelle et sociale liée aux événements des associations, collaborer avec la Fédération des sciences humaines dans le cadre de la Foire aux carrières et de Voir grand, ainsi que travailler avec l’équipe logistique de la Fédération et avec celle de la UBC (dirigée par l’extraordinaire Carolina Cerna, coresponsable universitaire à mes côtés). Pour m’acquitter de toutes ces tâches, j’ai mis à profit l’expérience acquise au fil des Congrès passés, mais ne me suis pas contentée de cela.

Mes recherches sur les littératures canadienne et africaine sont fondamentalement interdisciplinaires, portant sur différentes périodes de l’Histoire, différents genres littéraires et pays. À l’occasion du Congrès 2019, nous entendons mettre en lumière diverses approches multidisciplinaires, à la croisée de l’art et de la politique. L’édition de cette année fera la part belle aux échanges artistiques et créatifs axés sur les enjeux contemporains en matière de sciences humaines. Pendant toute la semaine, une pléthore d’expositions artistiques, de films, de pièces, de lectures de poésie, d’archives et de performances musicales seront proposés sur le campus. 

Lors des Congrès précédents, j’ai souvent regretté le manque d’espace et de temps pour discuter avec mes collègues des complexités de l’enseignement et de la dynamique en classe. Au cours des dernières années, d’importants travaux sur le renforcement de l’expertise en matière d’enseignement et d’apprentissage (SoTL) ont été menés, mais je n’ai pas eu la chance d’en savoir plus. Le Congrès de cette année en sera l’occasion! En vue de l’édition de 2019, nous avons mis sur pied le Centre pédagogique, une zone consacrée aux discussions interdisciplinaires sur l’enseignement et l’apprentissage. Cette zone accueillera des échanges sur les derniers travaux relatifs au SoTL, des séances consacrées à la technologie éducative, ainsi que des séances stratégiques portant, par exemple, sur la manière de gérer les risques et de modifier le climat qui existent en classe. Nous proposerons aussi, au sein du Carrefour du Congrès, une salle de conversation où les gens pourront venir parler pédagogie et enseignement autour d’un café. Elle sera accessible chaque jour, toute la journée.   

Quand mes enfants étaient plus jeunes, j’ai aussi regretté qu’eux-mêmes et mon partenaire n’aient pas accès à plus d’activités et d’installations à proximité des différents Congrès. Pour le Congrès 2019, nous avons mis sur pied toute une programmation destinée aux familles et aux conjoints. Un espace spécialement conçu pour eux sera mis à leur disposition, avec canapés, cuisine et aire de jeu. Des services de garde, des camps de jour, ainsi que des balades quotidiennes à destination d’attractions naturelles et culturelles seront aussi proposés. Les familles et conjoints pourront de plus profiter des installations de la UBC, comme son nouveau centre aquatique, la Belkin Art Gallery ou encore le Museum of Anthropology. Et nous avons aussi conçu un charmant salon pour les professeurs émérites. Restez à l’affût : un prochain billet sur le blogue du Congrès vous en dira plus.

Les derniers mois ont été chargés, et le Congrès 2019 approche à grands pas. En acceptant de devenir responsable universitaire, j’étais consciente de l’importance du Congrès, mais j’ignorais à quel point ma participation à l’organisation d’un tel événement serait gratifiante, en particulier grâce à la formidable équipe de professionnels de la Fédération et de la UBC. Un grand nombre de femmes et d’hommes consacrent énormément de temps et d’efforts à faire du Congrès une réussite. Je leur en suis très reconnaissante. Nous travaillons tous d’arrache-pied pour que le Congrès 2019 à UBC soit accessible, amusant, et marqué par des moments porteurs de réflexion. Nous espérons qu’il permettra aux participants de discuter de manière productive, dans un cadre sûr et agréable, des défis professionnels et personnels que tous ont à relever. 

J’espère vivement que toutes celles et tous ceux qui se rassembleront à Vancouver à compter du 1er juin garderont du Congrès 2019 un souvenir tout aussi excellent que mémorable.

À bientôt!

Laura Moss, PhD.
Responsable universitaire du Congrès 2019
Professeure, département d’anglais et de littérature anglaise, UBC

Mots-clés

Congrès des sciences humainesCongrès 2019