Blogue

Innovation sociale et entrepreneuriat : L'évolution du rôle de professeur

Partagez ceci:
Mercredi 25 mai 2016

Par Stephen Higham, M.A., Analyste des politiques

Les universités ont toujours été des contributeurs essentiels à leurs communautés. Mais on se tourne de plus en plus vers elles comme des ressources pour résoudre les questions sociales et économiques urgentes dans les communautés qu'elles desservent et comme ponts importants entre le monde universitaire et ces communautés.

Les professeurs jouent un rôle essentiel (mais souvent sous-estimé) au sein de l'écosystème de l'innovation au Canada. Ils produisent non seulement de la recherche originale, ils mènent des projets majeurs et contribuent à la gestion quotidienne de nos universités en plus de fournir du mentorat à la prochaine génération de penseurs et d'entrepreneurs.

Il y a près de 17 000 professeurs au Canada dans une gamme complète de disciplines et ils sont les piliers de ce qui est sans doute notre plus grande force comme nation innovatrice : l'excellence en recherche. Le Canada est parmi les pays les plus éduqués au monde, se classant premier à l'OCDE pour le pourcentage d'adultes de 25 à 64 ans qui ont obtenu de l'enseignement supérieur et les universités canadiennes sont mondialement concurrentielles : trois d'entre elles sont dans le classement mondial des universités (en anglais seulement).

Le Canada est aussi un leader international par rapport à sa contribution aux connaissances savantes. Le Canada est septième à l’échelle mondiale pour ce qui est du nombre de publications consignées dans la base de données Scopus, et nos chercheurs ont contribué à 4,1 % des 9,6 millions de publications de recherche de 2005 à 2010,[1] même s’il abrite que 0,5 % de la population mondiale. Le Canada est aussi bien classé par rapport à ses pairs, puisqu’il publie une plus grande portion des articles scientifiques comparativement à des pays comme l’Allemagne, les États-Unis et le Japon.

Les professeurs sont la clé de tout ceci, mais leur rôle change et le modèle traditionnel du « professeur qui donne le cours et de l'étudiant qui écoute » ne répond plus aux besoins du 21e siècle. Les étudiants, et en fait, les Canadiens, s'attendent à ce que les professeurs transmettent à leurs étudiants les connaissances spécifiques à leur discipline tout en leur fournissant les compétences dont ils auront besoin pour réussir dans l'économie du savoir d'aujourd'hui.

Nous avons besoin de diplômés qui peuvent devenir des entrepreneurs et des innovateurs.

Nous avons tendance à associer le terme « innovation » à des choses telles que les applications pour téléphones intelligents ou les nouvelles technologies, mais le terme peut de plus en plus décrire un projet de recherche pour développer des moyens interactifs de stimuler l'implication de festivaliers (en anglais seulement), ou de suivre les modèles de crimes dans les villes canadiennes (en anglais seulement),  par exemple. De telles initiatives peuvent être considérées comme des exemples d'innovation sociale.

Est-ce que l'innovation sociale est une priorité émergente pour les chercheurs? Est-ce que le rôle du professeur a changé dans les dernières décennies? Quelle est la relation entre le professeur et l'entrepreneur? Fournissons-nous aux professeurs et à leurs étudiants les compétences, les ressources et les occasions dont ils ont besoin pour réussir dans leurs rôles en évolution? Joignez-vous à nous pour discuter de ces questions lors de l'événement organisé par Mitacs : Le professeur en tant qu’innovateur social – évolution de rôles sur le campus et dans les communautés le 31 mai 2016 de 9 h à 10 h 30 dans le Grand espace de l'Expo.

 

Mitacs accueille aussi « Mettez à profit votre recherche lors d’un stage Mitacs » le 30 mai 2016 de 9 h à 10 h 30 dans Kinesiology B-126.

À propos de Mitacs
Mitacs est un organisme national sans but lucratif qui offre des programmes de recherche et de formation. Nous créons des partenariats avec des universités, des entreprises et des gouvernements pour appuyer l'innovation sociale et industrielle au Canada.



[1] Conseil des académies canadiennes. (2013). Paradoxe dissipé  Pourquoi le Canada est fort en recherche et faible en innovation Ottawa : Groupe consultatif, Conseil des académies canadiennes. 

 

Mots-clés

Congrès des sciences humainesCongrès 2016