Blogue

Le budget de 2017 est axé sur l’innovation et les compétences

Partagez ceci:
Jeudi 23 mars 2017

 

Le budget fédéral 2017 fixe l’objectif d’améliorer la prospérité du Canada et de veiller à une répartition plus juste des richesses dans la société. Pour y parvenir, le gouvernement compte principalement sur l’innovation et le développement des compétences tout au long de la vie.

Le nouveau budget n’annonce peut-être pas d’aussi grands investissements en science et en recherche que le budget de 2016 (lequel prévoyait une hausse substantielle de 95 millions de dollars des budgets de base des organismes subventionnaires et une enveloppe de deux millions de dollars sur trois ans pour l’infrastructure universitaire et collégiale), mais il contient des engagements importants. Il reste par ailleurs beaucoup de points à éclaircir, et la Fédération suivra de près les annonces du gouvernement et les importants rapports et examens à venir. Vous pouvez lire le communiqué de presse de la Fédération ici, et trouverez une analyse plus détaillée des faits saillants du budget qui touchent notre secteur dans la note d’information de la Fédération.

Le budget ne prévoit pas de nouvelles hausses des budgets de base des organismes subventionnaires fédéraux, et ne fait pas mention de la Fondation canadienne pour l’innovation. Le milieu de la recherche du Canada aura une meilleure idée du plan à long terme du gouvernement en matière de financement de la recherche après le dépôt du très attendu rapport du groupe d’experts chargé de mener une consultation et un examen portant sur le soutien fédéral à la science fondamentale et dirigé par David Naylor, ancien recteur de l’Université de Toronto. La Fédération attend avec impatience les recommandations du groupe d’experts relatives au rôle de la recherche axée sur la découverte et de l’infrastructure du savoir des universités, toutes disciplines confondues. La Fédération se réjouit également de l’annonce de la création de 25 chaires de recherche Canada 150, d’une valeur de 117,6 millions de dollars sur huit ans, financées à partir des ressources existantes du Programme des chaires d’excellence en recherche du Canada.

Comme il a été mentionné précédemment, le budget est principalement axé sur l’innovation et le développement des compétences. Il prévoit en ce sens des investissements pour faciliter l’accès d’un nombre accru de Canadiens à l’éducation et à la formation, dont les suivants :

  • une enveloppe de 225 millions de dollars sur quatre ans, à compter de 2018-2019, puis de 75 millions de dollars par la suite, pour la mise sur pied d’un nouvel organisme chargé d’appuyer le développement et l’évaluation des compétences au Canada en collaboration avec les provinces et les territoires;
  • une enveloppe de 221 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2017-2018, pour aider Mitacs à atteindre son objectif stratégique d’offrir 10 000 expériences d’apprentissage intégré au travail par année aux étudiants aux cycles supérieurs et aux chercheurs postdoctoraux de toutes les disciplines;
  • une enveloppe de 454,4 millions de dollars sur quatre ans, à compter de 2018-2019, puis de 46,3 millions de dollars par année par la suite, pour élargir l’admissibilité au Programme de bourses d’études canadiennes, notamment en relevant le seuil de revenu et en étendant l’admissibilité aux étudiants à temps partiel et à ceux qui ont des enfants à charge.

De plus, la Fédération accueille favorablement les investissements attendus de longue date en vue de faciliter l’accès aux études postsecondaires pour un plus grand nombre d’étudiants autochtones. Le budget prévoit notamment 90 millions de dollars sur deux ans, à compter de 2017-2018, destinés au Programme de soutien aux étudiants de niveau postsecondaire afin d’offrir une aide financière à 4 600 étudiants autochtones de plus; cinq millions de dollars par année pendant cinq ans, à compter de 2017-2018, pour Indspire (à la condition que l’organisme amasse des fonds de contrepartie de trois millions auprès du secteur privé); et 14,7 millions de dollars sur trois ans, à compter de 2017-2018, pour prolonger et élargir le Programme d’éducation de base des adultes du Nord.

La Fédération attend avec impatience l’examen complet, en collaboration avec des partenaires autochtones, de l’ensemble des programmes fédéraux actuels qui soutiennent les étudiants autochtones souhaitant poursuivre des études postsecondaires, et prend note des engagements importants en vue de préserver et revitaliser les cultures et les langues autochtones en prenant appui sur le principe du contrôle autochtone.

Le budget 2017 ressemble sur de nombreux plans au deuxième film d’une trilogie : il développe les thèmes du premier volet et jette les bases d’un dénouement dans le troisième, tout en racontant sa propre histoire. Dans le cas présent, il s’agit d’une histoire d’idées, d’innovation et de développement des compétences tout au long de la vie qui favorisent la prospérité pour le plus grand nombre possible de Canadiens. Le budget propose un plan que le milieu des sciences humaines peut adopter alors qu’il continue de se pencher sur les grands problèmes mondiaux et de mener des activités de recherche et d’enseignement de calibre mondial qui doteront les nouvelles générations de citoyens, de leaders et d’innovateurs des compétences dont ils ont besoin pour se démarquer.

Faites-nous part de vos commentaires!

Écrivez à Peter Severinson, analyste des politiques à la Fédération des sciences humaines, à
pseverinson@ideas-idees.ca, ou @pseverinson

 

Mots-clés

Nouvelles de la FédérationPolitiques fédéralesBudget fédéral