Archives : Conférence Annuelle 2014

Voyez les faits saillants de la conférence annuelle 2014 de la Fédération ci-dessous

Vendredi 28 mars 2014, 8 h 30 à 18 h
Cercle universitaire de McGill
3450, rue McTavish Street, Montréal, Québec

Le thème de l'année 2014 : les transformations

La Conférence annuelle 2014 et l’assemblée générale annuelle de la Fédération présenta des débats de spécialistes sur les transformations de l’enseignement au premier cycle et sur l’avenir du doctorat, des ateliers sur l’avenir du Congrès et les données massives, une causerie Voir grand sur les « Frontières sans limites » et une allocution de Chad Gaffield, président du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH).

Vidéos

L'événement a été retransmis et il est maintenant disponible pour votre visionnement en plusieurs segments.

8 h 30 à 8 h 45 : Bienvenue

Suzanne Fortier, principale et vice-chancelière, Université McGill

Biographie : La professeure Suzanne Fortier est devenue la 17e principale et vice-chancelière de l’Université McGill en 2013. Plus récemment, elle assurait la présidence du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) de 2006 à 2013 et a assumé le rôle de vice-rectrice à la recherche, de 1995 à 2000, et de vice-rectrice à l’enseignement, de 2000 à 2005 à l’Université Queen’s. Cristallographe de formation, Suzanne Fortier est spécialisée dans l’élaboration de méthodologies faisant appel aux mathématiques et à l’intelligence artificielle pour déterminer la structure des protéines. Elle est auteure ou coauteure de plus de 80 articles scientifiques et a animé de nombreuses présentations abordant les sciences. Elle a reçu le prix Clara Benson, qui souligne des contributions en chimie réalisées par une femme (1997), le prix d’entrepreneuriat de Communications et technologie de l’information Ontario (1997), le prix de reconnaissance pour service exceptionnel de l’Université Queen’s (2005), un doctorat honorifique en lettres de l’Université Thompson Rivers en Colombie-Britannique (juin 2006) ainsi que la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II (2012). Elle est également membre de l’Association américaine pour l’avancement des sciences et Officier de l’Ordre national du mérite de France. Suzanne Fortier siège au comité stratégique des Investissements d’Excellence Bordeaux et du Groupe d’étude sur la compétitivité, la productivité et les progrès économiques de l’Ontario. De plus, elle est membre du conseil d’administration de Montréal International, de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et du Conference Board du Canada.

8 h 45 à 9 h 15  : Allocution de la présidente et faits saillants de 2013

Antonia Maioni, Présidente, Fédération des sciences humaines

Biographie : Antonia Maioni a été nommée présidente de la Fédération des sciences humaines en 2013. Elle cumule les nominations de professeure agrégée au Département de science politique (Faculté des arts)-et à l’Institut des politiques sociales et de la santé (Faculté de médecine) de l’Université McGill. Son portefeuille de compétences s’étend à l’enseignement de la science politique, aux études canadiennes et aux fondements du programme de médecine. Elle est également membre de l’équipe de maîtrise internationale en leadership de la santé à la Faculté de gestion Desautels, membre du conseil d’administration de la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé et siège à l’Institut canadien de recherches avancées (ICRA). De 2001 à 2011, la professeure Maioni a occupé le poste de directrice de l’Institut d’études canadiennes d et de chercheure-boursière à la chaire de recherche William Dawson à l’Université McGill en assumant un rôle de leadership dans les questions touchant les politiques publiques et la recherche interdisciplinaire auprès de publics à l’échelle locale, nationale et internationale.

  • Cliquez ici pour lire l'allocution de la présidente (PDF)

9 h 15 à 10 h 30 : Table ronde 1 : Transformations de l’enseignement supérieur : au-delà des CLOM

La technologie permet à l’enseignement supérieur de rejoindre un plus grand nombre d’étudiants appartenant à des catégories plus diversifiées que jamais auparavant et pourtant de nombreux programmes de premier cycle continuent d’être dispensés dans des salles de cours à peu près de la même façon qu’ils l’ont été pendant des décennies. Cette séance explorera les transformations actuelles et futures de l’enseignement supérieur en examinant les leçons apprises des CLOM (cours en ligne ouvert et massif) et du téléenseignement et en prospectant ce à quoi le futur pourrait ressembler.

Membres du panel :

  • Fernand Gervais (modérateur), administrateur, Enseignement et apprentissage, Fédération des sciences humaines et vice-doyen à la Faculté des études supérieures, Université Laval
  • Thérèse Laferrière, professeure titulaire à la Faculté des sciences de l’éducation, Université Laval et directrice du Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire (CRIRES)
  • Vivek Venkatesh, professeur agrégé en technologie éducative et doyen associé, Programmes et développement universitaires, Faculté des sciences de l’éducation, Concordia University
  • Dilip Soman, titulaire de la chaire Corus en stratégie des communications, École de gestion Rotman, University of Toronto. (À confirmer)

11 h à 12 h 15 : Ateliers parallèles

Atelier parallèle 1 : L’avenir du Congrès

Le Congrès est une création canadienne unique et un foyer de diffusion d’idées et de nouvelles recherches émanant des sciences humaines. Connu pendant des décennies comme le rendez-vous des sociétés savantes, le Congrès est devenu un des plus importants rassemblements de chercheurs multidisciplinaires dans le monde. Pourtant, le Congrès s’est efforcé d’attirer des délégués internationaux (de 5 à 8 % des participants viennent d’autres pays) et de devenir plus qu’une conférence des conférences. Les sondages effectués auprès des congressistes indiquent clairement un désir d’interdisciplinarité et d’internationalismes plus marqués. Les participants à cet atelier réfléchiront sur :

  • Une nouvelle programmation ouverte à tous les congressistes et une éventuelle collaboration à long terme entre les sociétés savantes
  • De nouveaux moyens possibles d’échanger des idées et de stimuler des dialogues à l’échelle nationale pendant et après le Congrès
  • La possibilité de consolider ou de nouer de nouvelles relations internationales susceptibles de favoriser une participation internationale
  • La proposition de nouveaux noms afin de saisir l’essence du Congrès
  • Une nouvelle structure de tarification (par ex., un passeport) donnant au congressiste la possibilité de prendre part aux séances de toute association présente.

Atelier parallèle 2 : Données massives

« Infrastructures numériques pour les chercheurs en sciences humaines »

Animée par le Comité consultatif de diffusion de la recherche de la Fédération, cette séance offrira un aperçu de l’émergence de « données massives » et leur incidence sur les chercheurs du domaine des sciences humaines. Plusieurs consultations sur les infrastructures numériques sont en cours, et notre communauté y est représentée, mais il est déterminant qu’elle soit sensibilisée davantage et qu’elle apporte une réponse plus vigoureuse.

Cet atelier bilingue accueille deux conférenciers qui présenteront deux perspectives sur le besoin d’infrastructures numériques adaptées à notre communauté. De courts exposés de principes seront communiqués à l’avance, conjointement avec quelques renseignements pertinents sur les « données massives » et les infrastructures numériques.

Atelier parallèle 3 : Renouvellement de l’architecture des programmes du CRSH : bilan et perspectives d’avenir

Brent Herbert-Copley, vice-président, Recherche et Capacité de recherche, traitera du renouvellement de l’architecture du programme de subventions de l’organisme par rapport à ses principes et objectifs initiaux en évoquant les résultats obtenus à ce jour et les éléments que le CRSH surveille. La séance sera consacrée, pour une bonne partie, à l’écoute du milieu de la recherche; elle donnera la possibilité aux chercheurs de faire part à l’organisme de leurs expériences au sujet du renouvellement de l’architecture des programmes et de son incidence et d’exprimer également leurs inquiétudes et suggestions en vue d’apporter des améliorations éventuelles à l’exécution des programmes du CRSH.

Présentation de Brent Herbert-Copley, Vice-président, Programmes de recherche, CRSH (PDF)

12 h 15 à 13 h 30 : Assemblée générale annuelle

  • Cliquer ici pour lire le Rapport annuel 2013 (PDF)
  • Cliquer ici pour visionner la vidéo du Rapport annuel 2013
  • Cliquer ici pour visionner l'allocution de Stephen Toope, Président-élu, Fédération des sciences humaines

13 h 45 à 14 h 15 : Allocution (en séance plénière) : Défis pour la communauté des sciences humaines

Chad Gaffield, président du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH)

Biographie : Chad Gaffield, l’un des plus éminents historiens du Canada, est président du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada depuis septembre 2006. Sa nomination a couronné une carrière de 20 ans à l’Université d’Ottawa, au cours de laquelle il a occupé une chaire de recherche universitaire et plusieurs autres postes, y compris celui de directeur fondateur de l’Institut d’études canadiennes. M. Gaffield a été aussi président de la Société historique du Canada et de la Fédération canadienne des sciences humaines. Il s’est vu décerner de nombreux prix pour son enseignement, sa recherche ainsi que les innovations liées à la collaboration informatique, interdisciplinaire et multi-institutionnelle.

14 h 15 à 15 h 30 : Table ronde 2 : Transformations de l’enseignement supérieur : l’avenir du doctorat

La recherche et un enseignement de haut niveau dans le domaine des sciences humaines sont indispensables dans un monde de plus en plus globalisé et complexe; et la formation aux niveaux les plus élevés de l’enseignement universitaire est essentielle. Mais devant un taux d’abandon aussi élevé que 50 % et le nombre de diplômés qui trouvent un emploi au sein de l’Université se situant entre 20 % et 30 %, les programmes de doctorat en sciences humaines en particulier sont confrontés à un problème urgent. Cette séance a pour objectif de reformuler ce problème en l’envisageant sous l’angle d’une possibilité. Comment pourrions-nous transformer le doctorat en un programme pouvant mener à une multiplicité de cheminements de carrière universitaire et non universitaire, renforçant ce que les sciences humaines peuvent apporter au monde et préparant des jeunes talentueux à contribuer au mieux-être du Canada et du monde?

Membres du panel :

  • Leigh Yetter (modératrice), directrice adjointe, Institut pour la vie publique des arts et des idées,  Université McGill
  • Kathryn Muller, consultante en philanthropie
  • Sidonie Smith, professeure titulaire de la chaire Mary Fair Croushore en sciences humaines et directrice, Institute for the Humanities, University of Michigan
  • Paul Yachnin, professeur titulaire de la chaire Tomlinson d’études shakespeariennes et directeur, Institut pour la vie publique des arts et des idées, Université McGill

15 h 45 à 16 h 30 : Conférence Voir grand

« Frontières sans limites »

Kevin Kee, vice-président adjoint à la recherche (Sciences humaines) et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en sciences numériques, Brock University

Au cours de la dernière génération, l’Internet et les médias numériques ont transformé de nombreux aspects de nos vies. Dans le domaine des sciences humaines numériques, les chercheurs ont exploré la manière dont ces technologies peuvent enrichir et élargir nos pratiques intellectuelles. Kevin Kee s’inspire de ces recherches et revisite le titre du Congrès des sciences humaines 2014 « Borders Without Boundaries / Frontières sans limites » pour sonder par quels moyens il nous sera possible de modifier la production de connaissances et redéfinir les bornes qui délimitent l’érudition.  Autrefois, les chercheurs  faisaient face à une pénurie d’information et avaient un accès limité aux sources, mais aujourd’hui nous sommes submergés par un corps de connaissances de plus en plus abondant et aisément accessible qui exige des méthodes et des outils d’organisation et de gestion nouveaux. Auparavant, les conclusions de nos travaux étaient communiquées en format papier, mais les supports médias émergents nous ouvrent la possibilité de transmettre plus efficacement nos processus de recherche et nos analyses. Les articles savants étaient traditionnellement soumis à une révision par les pairs et publiés ensuite par les canaux établis, mais les chercheurs affichent de plus en plus des ébauches de leur travail sur l’Internet, en permettant à des groupes, plutôt qu’à des individus de porter attention. Enfin, des recherches menées à bien ont été diffusées au public, mais l’émergence de communautés d’intérêts en ligne, riches de connaissances et d’expertise, nous permet d’associer les citoyens à la création de connaissances. Le Pr Kee suggère que l’utilisation des méthodes et des outils de l’ère numérique modifiera nos procédés de recherche, l’écriture, la publication et le partage du savoir et nous aidera à renforcer et à élargir le champ des sciences humaines.

Biographie : Kevin Kee est vice-président adjoint à la recherche et titulaire de la Chaire de recherche en sciences humaines numériques à la Brock University. Avant son arrivée à Brock, il a été réalisateur et directeur de projet à l’Office national du film du Canada et professeur associé à l’Université McGill au Département d’histoire et au Département d’études intégrées en sciences de l’éducation (DISE) et directeur des programmes de premier cycle du DISE. Depuis 2005, il poursuit l’objectif de placer la Brock University à l’avant-scène de la recherche et du développement en sciences humaines numériques et la région de Niagara à la fine pointe de la production média interactive. Il a dirigé ou participé à la conception et à l’implantation de programmes de premier cycle (les concentrations et les mineures en arts et sciences interactifs), à la mise sur pied de pépinières d’entreprises (le Niagara Interactive Media Generator [maintenant connu sous le nom Niagara Interactive Media Generator-Generator at One]), à l’organisation de congrès (Interacting with Immersive Worlds Conferences), de projets de recherche et de symposium (tel que Pastplay). Ses recherches portent aussi sur l’utilisation de l’informatique pour analyser et exprimer la culture, en particulier l’histoire, de manière innovante. Elles se situent à l’intersection de l’histoire, de l’informatique, de l’enseignement et des jeux.

16 h 30 à 16 h 40 : Remerciements et mot de la fin

Graham Carr, président sortant, Fédération des sciences humaines

16 h 45 à 18 h : Réception

Annonce des finalistes des Prix du Canada 2014