Communiqués de presse

Communiqué de presse : Le budget de 2017 axé sur les compétences, le talent et l’innovation

 

OTTAWA, le 22 mars 2017 — La Fédération des sciences humaines accueille favorablement le plan à long terme du gouvernement du Canada de donner aux Canadiens les moyens de s’adapter à l’évolution de l’économie et de la société. Il est essentiel de placer les travailleurs compétents, talentueux et créatifs dont dispose le Canada au cœur d’une économie de plus en plus axée sur l’innovation pour attirer de nouveaux talents, générer de nouvelles idées et connaissances et permettre au Canada de demeurer concurrentiel et influent au cours des prochaines années.

De nombreux détails du plan du gouvernement fédéral en matière de recherche et d’innovation restent à préciser. Le budget ne prévoit pas de nouveaux fonds destinés aux budgets de base des organismes subventionnaires fédéraux ou de la Fondation canadienne pour l’innovation. Lors du dernier budget, le gouvernement fédéral avait annoncé de nouveaux investissements substantiels dans la recherche axée sur la découverte. Le budget de l’an dernier prévoyait par ailleurs un investissement additionnel de 95 millions de dollars par année dans les budgets des organismes subventionnaires à compter de 2016-2017, ce qui représentait la plus importante hausse du financement de la recherche axée sur la découverte depuis plus d’une décennie.

Les plans du gouvernement en matière de recherche universitaire seront sans doute décrits plus en détail dans le rapport du groupe d’experts indépendants chargé de l’examen du soutien fédéral à la science fondamentale, présidé par David Naylor. Le texte du budget 2017 confirme que ce rapport sera rendu public sous peu.

« Nous sommes impatients de prendre connaissance du rapport et de discuter du rôle important de la recherche universitaire axée sur la découverte et de l’infrastructure du savoir, dans toutes les disciplines, déclare Stephen Toope, président de la Fédération et directeur de la Munk School of Global Affairs de la University of Toronto. Une hausse soutenue et durable du financement fédéral destiné à la recherche universitaire — y compris dans le domaine des sciences humaines — est essentielle pour permettre au Canada de conserver et de rehausser son rôle sur la scène mondiale. »

Un nouveau programme détaillé dans le budget prévoit la création de 25 chaires de recherche de Canada 150 afin d’attirer des universitaires et des chercheurs internationaux de premier plan au cours des huit prochaines années. Cette annonce est encourageante, car elle montre que le gouvernement fédéral reconnaît l’importance de l’excellence en recherche. Les 117,6 millions de dollars prévus pour le financement des nouvelles chaires proviennent de la réaffectation de ressources existantes du Programme des chaires d’excellence en recherche du Canada.

« Les solutions à de nombreux problèmes auxquels le Canada est confronté se trouvent dans les salles de classe, les laboratoires et les espaces collaboratifs où les professeurs en sciences humaines mènent leurs recherches et enseignent, affirme M. Toope. Les chercheurs en sciences humaines aident les Canadiens à naviguer dans un monde complexe et fortement interconnecté. »

Compte tenu du contexte mondial et des perspectives économiques et fiscales du Canada, la Fédération convient que le gouvernement devait se montrer prudent dans l’élaboration de son budget de 2017. Celui-ci prévoit un certain nombre d’examens fédéraux, y compris celui des programmes d’innovation en entreprise du gouvernement, et la création de six « tables sectorielles de stratégies économiques » dont l’objectif sera de cerner les possibilités d’innovation dans des domaines comme les technologies propres, l’industrie numérique et l’agroalimentaire.

L’approche en matière d’innovation du gouvernement fédéral dans son budget reconnaît que la prospérité du Canada dépend de notre capacité à innover, à nous adapter, à communiquer, à acquérir de nouvelles connaissances et à demeurer à la fine pointe de la recherche.

Les chercheurs universitaires en sciences humaines participent à l’essor de nouveaux secteurs créatifs, à la sauvegarde du patrimoine culturel et linguistique du Canada, à la réflexion sur les enjeux propres aux collectivités autochtones, comme l’autonomie politique, et à la recherche de solutions pour rendre le Canada plus inclusif et accueillant. « Le budget dénote une volonté de poursuivre les efforts visant à doter le Canada de capacités de recherche de calibre mondial, ce qui est encourageant », ajoute M. Toope.

Le budget comprend des mesures importantes pour assurer le caractère inclusif de la croissance future du Canada. Il prévoit des investissements pour favoriser l’accès aux études et la réussite des Autochtones, et un engagement de la part du gouvernement d’entreprendre un examen complet, en collaboration avec des partenaires autochtones, de l’ensemble des programmes fédéraux actuels qui soutiennent les étudiants autochtones souhaitant poursuivre des études postsecondaires.

Le budget vient hausser le financement accordé au Programme d’aide aux étudiants de niveau postsecondaire de 90 millions de dollars sur deux ans, à compter de 2017-2018. Ces fonds fourniront une aide financière à plus de 4 600 étudiants supplémentaires pendant ces deux années. Le budget propose également d’octroyer cinq millions de dollars par année pendant cinq ans à compter de 2017-2018 à Indspire, un organisme de bienfaisance voué au financement de bourses d’études et d’excellence destinées aux étudiants autochtones de niveau postsecondaire. Le budget prévoit également un financement accru pour appuyer la préservation et la revitalisation des langues autochtones.

« Les nouveaux fonds destinés à améliorer l’accès aux études et la réussite des étudiants autochtones de niveau postsecondaire sont un pas dans la bonne direction, estime M. Toope. Ces investissements devraient venir appuyer le processus de réconciliation. »

Les besoins en matière d’apprentissage intégré au travail pour les étudiants universitaires ont été reconnus dans le budget de 2017. Ainsi, grâce aux investissements, un nombre accru d’expériences d’apprentissage intégré au travail et de mobilité de qualité devraient être offertes. Le budget consacre 221 millions de dollars sur cinq ans à compter de 2017-2018 à Mitacs, un organisme qui offre des possibilités de recherche et de formation au Canada et à l’étranger, y compris dans le domaine des sciences humaines.

« L’importance que le gouvernement accorde aux compétences, au talent et à la créativité est essentielle pour faire du Canada un pays plus novateur et concurrentiel sur la scène mondiale », conclut M. Toope.

– 30 –

À propos de la Fédération des sciences humaines
|a Fédération des sciences humaines œuvre à la mise en valeur de la recherche et de l’enseignement pour l’avancement d’une société inclusive, démocratique et prospère. La Fédération regroupe aujourd’hui plus de 160 universités, institutions et sociétés savantes représentant 91 000 chercheurs et étudiants des cycles supérieurs au Canada. Elle organise le plus grand rassemblement d’universitaires au Canada à l’occasion du Congrès des sciences humaines, qui attire plus de 8 000 personnes chaque année. Pour en savoir plus au sujet de la Fédération, visitez le www.idees-ideas.ca.

Requêtes médias :
Nicola Katz
Gestionnaire des communications
Fédération des sciences humaines
C. : 613-282-3489
nkatz@ideas-idees.ca
Suivez-nous sur Twitter : @ideas­_idees