Communiqués de presse

Point de la présidente de la Fédération – Profilage racial et racisme anti-Noirs au Congrès

 

Le 10 juin 2019

Merci aux nombreux membres qui ont communiqué avec la Fédération pour exprimer leur indignation à la suite de l’incident survenu dans le cadre du Congrès, le 2 juin dernier. Le racisme anti-Noirs, le profilage racial et la discrimination fondée sur la race sont profondément dérangeants, peu importe quand et où ils surviennent. Je tiens à vous assurer que la Fédération prend des mesures pour remédier au problème et qu’elle vous tiendra informés au fur et à mesure de l’évolution du processus.

Application de notre Code de conduite

Le Code de conduite au Congrès énonce des normes claires relatives au comportement de quiconque prend part à l’événement. Il stipule entre autres que tous les participants, qui doivent s’engager à le respecter, « ont droit à un environnement exempt de discrimination, de harcèlement et de représailles ».

Quiconque contrevient à la disposition précitée doit être tenu responsable de ses actes. C’est pourquoi la Fédération a entrepris une enquête visant à recueillir toutes les données pertinentes sur l’incident du 2 juin. En fonction de ces données, et du Code de conduite, nous déciderons avec les parties concernées de l’approche à adopter (punitive ou réparatrice, p. ex.).

Des spécialistes des droits de la personne et des juristes ont souligné l’importance de respecter les principes d’équité procédurale dans de telles situations. Nous devons par conséquent faire preuve d’équité, de rigueur et d’impartialité. Nous devons absolument veiller à ce que toutes les sanctions que nous imposerons soient conformes aux principes applicables et basées sur les faits.

Lutte contre le racisme anti-Noirs, le profilage racial et la discrimination fondée sur la race

Nous tenons à achever notre enquête sans tarder. Entre-temps, nous sommes déterminés à tirer les leçons de cet incident et à agir en conséquence.

  • Nous avons présenté nos excuses au chercheur victime de racisme qui a signalé l’incident et nous le tenons au courant des mesures que nous prenons.
  • Nous sommes en relation avec la Black Canadian Studies Association (BCSA) et prenons des mesures pour répondre à ses quatre requêtes consécutives à l’incident. Nous nous préparons à rencontrer les représentants de cette association cette semaine pour résoudre les questions qui restent à régler et agir ensemble.
  • Nous planifions le prochain Congrès, et les suivants, avec la ferme intention de mettre l’accent sur l’équité, la diversité et l’inclusion dans toutes nos activités.
  • Nous examinerons les moyens de renforcer le Code de conduite et les procédures visant son application pour que le Congrès permette désormais aux chercheurs, aux étudiants et aux autres membres du milieu des sciences humaines d’échanger ensemble sans être victimes d’une quelconque forme de discrimination ou de harcèlement.

Nous vous tiendrons informés des prochaines étapes dans les jours et les semaines à venir. Nous sommes entre-temps ouverts à vos commentaires; n’hésitez pas à nous les communiquer. Le Congrès est l’affaire de chacun d’entre nous : associations savantes, universités d’accueil et participants. Nous avons par conséquent tous un rôle à jouer pour en façonner l’avenir.

Ce qui reste à faire

Bien que la grande majorité de nos membres, partenaires et collaborateurs soit progressiste, l’incident survenu nous rappelle l’ampleur de ce qui reste à faire pour mettre fin à toute forme de profilage racial et de racisme anti-Noirs.

La Fédération condamne la surveillance policière des organisations noires, la violence contre les Noirs ainsi que la surveillance à leur égard au sein de la collectivité. Nous devons condamner sans équivoque le racisme anti-Noirs. Nous devons dénoncer le racisme, veiller à ce que chacun de nous le fasse, le nommer quand il survient et prendre les mesures qui s’imposent pour lutter contre ce fléau.

 Le racisme anti-Noirs n’a sa place ni dans le milieu des sciences humaines, ni dans aucun autre. Nous sommes déterminés à travailler sans relâche avec nos membres et partenaires à la création d’espaces sûrs, exempts de toute forme de harcèlement, de profilage racial et de discrimination.

Encore une fois, nous remercions tous les membres qui nous ont fait part de leur indignation et qui ont exigé que des mesures soient prises. Nous écoutons, apprenons et agissons.

Patrizia Albanese, présidente
Fédération des sciences humaines
president@ideas-idees.ca

 

Téléchargez ce document en format PDF.