PAES et Prix du Canada

PAES et Prix du Canada

Prix d’auteurs pour l’édition savante 

La Fédération administre également le Prix d’auteurs pour l’édition savante (PAES), un programme de subvention concurrentiel conçu pour appuyer la publication de livres savants. Dans le cadre du mandat du programme visant à soutenir des livres de grande érudition en sciences humaines qui apportent une contribution importante au savoir, le PAES investit annuellement 1,5 million de dollars dans la diffusion de la recherche canadienne et a facilité la publication de plus de 7 000 livres.

La Fédération appuie le libre accès et a élaboré une politique qui s’engage à promouvoir et faciliter activement la publication en libre accès des livres subventionnés par le PAES. La politique adoptée le 1er avril 2015 se fonde sur les principes suivants :

  • La Fédération appuie le libre accès
  • Un secteur de l’édition savante dynamique au Canada continue de revêtir une importance particulière pour la diffusion de la recherche canadienne.

La politique énonce que la Fédération s’attache à promouvoir et faciliter activement la publication en libre accès des livres subventionnés par le PAES.


Prix du Canada

Les Prix du Canada sont attribués chaque année aux meilleurs livres savants en sciences humaines et sociales ayant bénéficié du soutien financier du programme Prix d’auteurs pour l’édition savante (PAES). Les ouvrages des lauréats apportent une contribution exceptionnelle à la recherche, sont rédigés de façon intéressante et enrichissent la vie sociale, culturelle et intellectuelle du Canada.


Dernières nouvelles

La Fédération des sciences humaines a le plaisir de présenter les membres des jurys des Prix du Canada 2019.

Le nom des finalistes sera annoncé début mars et celui des gagnants dévoilé début avril. Les lauréats seront honorés au cours de la cérémonie de remise des prix qui se tiendra pendant le Congrès 2019 des sciences humaines.


Les jurys des Prix du Canada

La Fédération des sciences humaines a le plaisir de présenter les membres des jurys des Prix du Canada 2019.

Membres du jury : Prix du Canada en sciences humaines et sociales

Présidente : Lucie Lamarche est docteure en droit international de la Faculté de droit de l’Université libre de Bruxelles et Fellow Jean Monnet de l’Institut universitaire européen. Elle s’est vue attribuée le Mérite Christine Tourigny (Justice sociale) du Barreau du Québec (2002) et est récipiendaire du Mérite CSQ (Centrale des syndicats du Québec) (2006). Plus récemment, le Prix Pierre Dansereau de l’Association canadienne française pour l’avancement des sciences lui a été décerné (ACFAS; 2016). Elle est membre de la Société royale du Canada depuis 2014. Elle est membre du Barreau du Québec depuis 1978.

Professeure à l’Université du Québec à Montréal depuis 1982, Lucie Lamarche a aussi été professeure à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa ou elle a dirigé le Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne de 2007 à 2013 à titre de titulaire de la Chaire Gordon F. Henderson en droits de la personne. 

Lucie Lamarche a récemment coédité les ouvrages La multiplication des normes et des recours en droit du travail : quelles conséquences pour la mobilisation ? Actes de la XVIème Journée en droit social et du travail de l’UQAM; Thomson Reuters Yvon Blais, 2016; Women’s Rights to Social Security and Social Protection, Hart Publishing, 2014; et 14 Good Reasons for Human Rights Institutions in Canada, Irwin Law, 2014.

Lucie Lamarche enseigne le droit international et régional des droits économiques et sociaux de la personne, le droit international des droits des femmes, le droit social et du travail et le droit de la sécurité sociale.

Détentrice d’un doctorat de l’Université de la Colombie-Britannique, Caroline Desbiens est Professeure titulaire au Département de géographie de l’Université Laval. Ses travaux portent sur les savoirs et territoires autochtones, les relations interculturelles et les pratiques des femmes dans le Nord du Québec, particulièrement en lien avec le développement des ressources. Son livre Puissance Nord : territoire, identité et paysages de l’hydroélectricité au Québec (Presses de l’Université Laval 2015) a été finaliste pour le Prix du Canada en sciences sociales. 

Parmi ses projets en cours, Madame Desbiens collabore avec la Première Nation des Ilnus du Lac-Saint-Jean pour harmoniser les processus de consultation environnementale. Elle s’intéresse aussi à la toponymie et à la question de la visibilité des Autochtones dans le paysage Québécois, incluant les milieux urbains. Elle collabore avec le Regroupement des Centres d'amitié autochtones du Québec, notamment à Val-d’Or et à La Tuque, sur ces sujets.  

Madame Desbiens est également Rédactrice en chef de la revue Les Cahiers de géographie du Québec. Elle a été professeure invitée à l’Université de Bergame (Italie, 2012, 2013 et 2014) et de Bordeaux (France, 2016) et Commissaire à la Commission de toponymie du Québec (2011 à 2017). 

Dominique Caouette est professeur agrégé au Département de science politique de l’Université de Montréal. Il coordonne le pôle de recherche Études contemporaines et transdisciplinaires sur l’Asie du Sud-Est (ECTASE) ainsi que la Revue Possibles (www.redtac.org/possibles) et le Réseau d’études sur les dynamiques transnationales et l’action collective. Ses écrits portent sur les relations internationales, plus précisément les réseaux et mouvements transnationaux, ainsi que sur les dynamiques politiques aux Philippines et la géopolitique en Asie du Sud-Est. Il a co-dirigé avec Sarah Turner l’ouvrage Agrarian Angst and Rural Resistance in Contemporary Southeast Asia (Routledge, 2009), puis, Transnationalizing Women’s Movements Solidarities Beyond Borders (UBC, 2010), avec Pascale Dufour et Dominique Masson et plus récemment Beyond Colonialism, Development and Globalization (Zed Books, 2016) avec Dip Kapoor.

Docteur en littératures de langue française de l'Université de Montréal, où il a aussi été chargé de cours, Alex Gagnon a complété un stage postdoctoral à l'UQÀM / Paris 1 Sorbonne et en fait présentement un deuxième à l'Université McGill. Tiré de sa thèse de doctorat, son livre intitulé La communauté du dehors. Imaginaire social et crimes célèbres au Québec (XIXe - XXe siècle) a remporté le Prix du Canada en sciences humaines et sociales 2018 de même que 5 autres prix, dont les Prix Gabrielle-Roy et Jean-Éthier-Blais. Essayiste, Alex Gagnon a aussi publié, en 2017 chez Del Busso éditeur, un recueil d'essais sur la société et la culture contemporaines intitulé Nouvelles obscurités. Lectures du contemporain (Prix Alphonse-Desjardins).


Membres du jury : Canada Prize in the Humanities and Social Sciences

Président : Eric Helleiner est professeur à la Balsillie School of International Affairs et au département de science politique de la University of Waterloo. Il est membre de la Société royale du Canada et a reçu de nombreuses récompenses, dont le prix de recherche de la Fondation Trudeau, le prix Donner (meilleur ouvrage sur la politique canadienne), le prix Symons (excellence en enseignement), le prix de l’Association canadienne de science politique en relations internationales et le prix Francesco Guicciardini (meilleur ouvrage sur l’histoire des relations internationales). Il a en outre publié plus de 100 articles et chapitres de revues, en plus d’avoir signé ou dirigé 11 ouvrages, dont le plus récent : Governing the World’s Biggest Market: The Politics of Derivatives Markets After the 2008 Crisis (2018, Oxford University Press), codirigé avec Stefano Pagliari et Irene Spagna. Il est le codirecteur, avec Jonathan Kirshner, de la série de livres Cornell Studies in Money.

 

Sherrill Grace est officière de l’Ordre du Canada, membre de la Société royale du Canada (et ancienne présidente de l’Académie I), récipiendaire du prix Killam et professeure émérite à la University of British Columbia (UBC). À titre de professeure d’anglais, elle a dirigé le département d’anglais (de 1997 à 2002) et siégé à plusieurs comités de recherche à l’UBC, ainsi qu’au Sénat de l’UBC. Ses travaux, de même que ses nombreuses publications, qui englobent au-delà de 120 articles cités et 26 ouvrages, sont axés sur la littérature et la culture canadiennes, en particulier le théâtre, les arts visuels et le cinéma. Parmi ses publications figurent un ouvrage en deux volumes réunissant des lettres de Malcolm Lowry (Sursum Corda), des études sur Margaret Atwood et une version révisée du texte de Mina Benson Hubbard narrant son expédition de 1905 (A Woman’s Way Through Unknown Labrador). Mme Grace a également réalisé plusieurs études sur le Nord canadien et sa place dans l’histoire culturelle du Canada, dont Canada and the Idea of North, son principal ouvrage en la matière, paru en 2002. Ses publications récentes comprennent On the Art of Being Canadian (2009), Inventing Tom Thomson (2004), Making Theatre: A Life of Sharon Pollock (2008) et Landscapes of War and Memory: The Two World Wars in Canadian Literature and the Arts, 1977-2007 (2014). Mme Grace a par ailleurs entrepris de rédiger la biographie de Timothy Findley et publié plusieurs chapitres et articles de revues sur les travaux de ce dernier (le plus récent intitulé « Timothy Findley, His Biographers, and the Piano Man’s Daughter » Text Matters, no 8.8, 2018, p. 413-429). Elle a remporté plusieurs prix, notamment le prix Killam du Conseil des arts du Canada en 2008 et une médaille du jubilé de diamant de la reine Élisabeth II, et a été nommée membre correspondante de l’Austrian Academy of Sciences. Forte de nombreuses conférences au Canada, au Japon, aux États-Unis et en Europe, Mme Grace présentera une conférence plénière (intitulée Lost and Found: Corresponding Within and About Archives) dans le cadre du Congrès des sciences humaines de 2019.

Elsbeth Heaman a étudié l’histoire à la University of Victoria, à l’Université McGill et à la University of Toronto. Après avoir travaillé à l’Imperial College et à la Queen’s University, elle est depuis 2003 professeure au département d’histoire et d’études classiques de l’Université McGill. Mme Heaman se consacre à l’étude générale de l’histoire sociale, politique et médicale, notamment dans ses plus récents ouvrages : A Short History of the State in Canada (University of Toronto Press, 2015) et Tax, Order, and Good Government: A New Political History, 1867-1917 (McGill-Queen’s University Press, 2017).

Blair Stonechild est professeur en études autochtones à la First Nations University of Canada. M. Stonechild est membre de la Première Nation Muscowpetung Saulteaux. Après avoir fréquenté le Qu’Appelle Indian Residential School et le Campion Collegiate, il a obtenu un baccalauréat de l’Université McGill, puis une maîtrise et un doctorat de l’Université de Regina. En 1976, M. Stonechild est devenu le premier membre du corps professoral de la First Nations University of Canada. Il a également exercé les fonctions de doyen à l’enseignement et de directeur général du développement responsable de la construction des installations de l’université. Parmi ses principales publications figurent Loyal Till Death: Indians and the North-West Rebellion (1997), un livre d’histoire qui a retenu l’attention à l’échelle nationale, The New Buffalo: Aboriginal Post-secondary Policy in Canada (2006), une analyse de la politique canadienne en matière d’éducation supérieure des Autochtones, la biographie de la chanteuse de renommée mondiale Buffy Sainte-Marie: It’s My Way qui a remporté plusieurs prix, et son plus récent ouvrage The Knowledge Seeker: Embracing Indigenous Spirituality (University of Regina Press, 2016) qui porte sur les enseignements des Anciens. The Loss of Indigenous Eden and Fall of Spirituality sera en outre publié en 2020 par la University of Regina Press. M. Stonechild vit à Regina avec sa femme et ses trois enfants adultes.

Des questions? Envoyez un courriel à aspp-paes@ideas-idees.ca.

[retour en haut de page]

À propos des Prix du Canada

Archives : Prix du Canada